Anonim

Photo de David Cogswell

Le département américain du Trésor vient d'annoncer un nouvel assouplissement des restrictions imposées par Cuba aux affaires et aux voyages, mais comme l'a rapporté l'Agence France-Presse (AFP), il reste encore beaucoup à faire.

Tendances en cours de navigation à Cuba Bateau abandonné à La Havane Havana, Cuba

La visite américaine à Cuba s'effondre au milieu de l'embargo

Destination et tourisme Paseo 206

À l'intérieur du seul hôtel boutique cinq étoiles de Cuba

Havana, Cuba

Voici à quoi ressemble un soutien pour la tournée du peuple cubain

Havana celebra su aniversario número 500 en 2019. (photo via Delpixart/iStock Editorial/Getty Images Plus)

Les Cubains parlent de l'impact de la politique de voyage de l'administration Trump…

Caractéristiques et conseils Spotlight on Havana

Comment les personnes âgées et les voyageurs handicapés peuvent encore…

Caractéristiques et conseils

Plus précisément, le secrétaire au Trésor, Jacob J. Lew, a déclaré dans le communiqué que les dernières modifications apportées aux règles "allégeront davantage les sanctions relatives aux voyages, aux télécommunications et aux services Internet, aux opérations commerciales à Cuba et aux envois de fonds".

Lew a expliqué dans le communiqué que cette ouverture accrue entre les deux pays "pourrait potentiellement créer des opportunités économiques pour les Américains et les Cubains. En allégeant davantage ces sanctions, les Etats-Unis aident le peuple cubain à soutenir ses efforts la liberté politique et économique nécessaire à la construction d'un Cuba démocratique, prospère et stable ".

Comme annoncé par le Trésor, les limites des envois de fonds des États-Unis à Cuba ont été levées, de même que le montant des fonds pouvant être transportés à la main vers la nation insulaire.

Les citoyens américains autorisés à se rendre à Cuba ont une foule de nouvelles capacités. Ils peuvent désormais ouvrir des comptes bancaires, former des entreprises communes avec des entreprises cubaines et ouvrir des bureaux, des entrepôts et des points de vente.

Les Cubains se rendant aux États-Unis en bénéficient également. Ils peuvent ouvrir des comptes bancaires. faire des affaires avec des Américains en dehors de Cuba, et les entreprises cubaines qui fournissent des services de transport aérien et maritime dans leur pays d’origine doivent maintenant composer avec moins de restrictions.

L’annonce faite par le Trésor a précisé les types d’entreprises et de bureaux autorisés à ouvrir à Cuba, notamment les exportateurs américains de "produits autorisés", tels que les produits agricoles et les matériaux de construction; fournisseurs de télécommunications et services Internet; bureaux de nouvelles; et éducation et groupes religieux.

Toutefois, comme l'a souligné l'AFP, bon nombre de ces nouvelles indemnités ne s'appliquent toujours qu'à un nombre limité de voyageurs et d'entreprises "autorisés", et le tourisme en général aux États-Unis est toujours interdit. L'AFP a noté que l'administration Obama était "bloquée" par la loi Helms-Burton de 1996, qui "durcissait" l'embargo cubain de 1960.

Le président cubain Raul Castro s'est entretenu par téléphone vendredi avec le président Obama. Selon son bureau à La Havane, il a "souligné la nécessité d'approfondir la portée des règles assouplies" et "a réitéré son appel à la levée de l'embargo", a déclaré l'AFP m'a dit.