Anonim

Image via Flickr

Le partage n'est plus une affaire de compassion. C’est un moyen d’atteindre un chiffre d’affaires de 6, 5 milliards de dollars, c’est exactement ce dont bénéficieront des entreprises comme Lyft et Uber d’ici 2020

Tu pourrais aussi aimer

Traveler with Santa hat in airport Façons de combattre le stress du vol pendant les vacances

Thomas Cook Airlines Airbus A321 L'Agence Thomas Cook sauvée par le géant chinois du voyage impactant les voyages

Traveler with Santa hat in airport 10 façons d'éviter des voyages de vacances désastreux

Globe On Moss In Forest Un nouveau rapport indique que l'industrie du voyage doit se réunir maintenant… Caractéristiques et conseils

Boeing, 737-8 Max, plane Airbus n'arrive pas à répondre à la demande dans le sillage de Max… Compagnies aériennes et aéroports

C'est la dernière découverte de Juniper Research, qui s'est penchée et a étudié l'économie du partage et son élan vers le fond de la décennie.

Selon le rapport, les services d'autopartage représentent 3, 3 milliards de dollars de revenus dans le monde en 2015.

Et comme nous l'avons déjà gâté, ce nombre devrait doubler d'ici 2020 grâce à un certain nombre de facteurs. Le plus important semble être la probabilité croissante que des services comme Uber et Lyft continuent de croître et d'étendre leur portée à l'échelle mondiale.

Juniper Research souligne une annonce récente qui caractérise ce que nous verrons peut-être au cours des prochaines années.

L’étude précise: "En outre, en février, Uber a annoncé son intention de lancer son service UberMOTO en Inde et l’ouvre à un énorme marché potentiel. La ville de Bangalore compte à elle seule 3, 5 millions de motos immatriculées. L’Inde autorise déjà les réservations de deux états ".

Un graphique suggère que c'est ainsi que les choses se passent dans la prochaine décennie.

En 2015, les Amériques représentaient 56% des revenus des plates-formes de transport partagées, qui devraient diminuer à 40% d'ici 2020.

Au cours de cette période, le secteur européen devrait augmenter de quatre points alors que le marché désigné dans la catégorie "Reste du monde" passera de 22% de part de marché en revenus à 34% d'ici la fin de la décennie.

Essentiellement, il existe une grande population qui reste inexploitée. Et, vraisemblablement, il existe une infrastructure viable capable d’adopter la technologie de covoiturage et de la faire fonctionner pour son coin du monde particulier.

La notion évidente reste vraie: les applications et les services de covoiturage ne vont nulle part. Eh bien, ce que nous voulons dire, c'est qu'ils restent très longtemps.